Le prêt-à-manger est plus salé au Canada qu’en Australie, en France, en Nouvelle-Zélande et au R.-U.

En réduisant le sodium de ses produits, l’industrie de la restauration rapide contribuerait énormément à la santé de la population.

Les repas de la restauration rapide au Canada contiennent en moyenne 17 % de sodium de plus que les produits comparables au Royaume‑Uni et pas moins de 27 % de plus que ceux en France. C’est ce que concluent les auteurs d’une étude internationale publiée aujourd’hui dans le Journal de l’Association médicale canadienne. Dans cette comparaison de la teneur en sodium des aliments prêts-à-manger servis dans six pays, seuls les États-Unis dépassent le Canada.

La teneur moyenne en sodium des mêmes aliments varie considérablement selon qu’ils sont vendus en Australie, au Canada, en France, en Nouvelle-Zélande, au Royaume-Uni ou aux États-Unis. Les auteurs de l’étude se sont penchés sur le prêt-à-manger des chaînes Burger King (Hungry Jack’s en Australie), Domino’s, Kentucky Fried Chicken, McDonald’s, Pizza Hut et Subway. Les données sur la teneur en sodium ont été recueillies en avril 2010.

Au Royaume-Uni, par exemple, les McNuggets de McDonald’s contiennent 240 mg de sodium par portion de 100 grammes, celles au Canada comptent 600 mg de sodium par 100 grammes, un taux deux fois et demie supérieur.

« Dans un cadre réglementaire propice, il est probable que les fabricants d’aliments prêts-à-manger seraient en mesure de réduire le sodium dans leurs produits de manière suffisamment importante pour que cela constitue un gain énorme au chapitre de la santé de la population », signale l’étude dirigée par des chercheurs australiens.

Les Canadiens consomment en moyenne le double de l’apport recommandé qui est de 1 500 mg de sodium par jour.

« Voilà ce qui gruge une bonne partie de notre santé », dit Kevin Willis du Réseau canadien contre les accidents cérébrovasculaires. « Une alimentation riche en sodium augmente la tension artérielle et le risque d’AVC et de maladie du cœur. »

Malgré les cris d’alarme venant du milieu de la santé, les aliments prêts-à-manger continuent à faire régulièrement partie du régime alimentaire des Canadiens. Le prêt-à-manger de type sandwich – pizzas, hamburgers et sous-marins – est la plus importante source d’un excès de sodium dans l’alimentation.

Les grands écarts dans la teneur en sodium entre les types d’aliments prêts-à-manger, entre les pays, voire entre les mêmes produits, démontrent sans équivoque qu’il existe d’abondantes occasions de réduire la teneur en sodium.

« En effet, ces résultats ne permettent plus d’évoquer des difficultés techniques inhérentes à la fabrication des aliments ou des préférences quant au goût des consommateurs qui empêcheraient de couper la teneur en sodium », conclut un des auteurs de l’étude, le Dr Norman Campbell de l’Université de Calgary.

« Pourquoi les Canadiens sont-ils réduits à des choix moins sains? », demande‑t-il. « Aussi longtemps que le gouvernement fédéral ne fixera et n’appliquera pas des cibles nationales de teneur en sodium, l’industrie alimentaire fera le choix du profit au détriment de notre santé. »

Télécharger le communiqué

++

Le Réseau canadien contre les accidents cérébrovasculaires est un des Réseaux d’excellence du Canada. Le Réseau qui a son siège à l’Université d’Ottawa regroupe des spécialistes de l’AVC de partout au Canada dans le but de réduire par la recherche et l’innovation le fardeau que cette maladie impose au pays. (www.accidentscerebrovasculaires.ca).

Renseignements :

Cathy Campbell
Réseau canadien contre les accidents cérébrovasculaires
613-562-5696, cellulaire : 613-852-2303
[email protected]